La santé des étudiants, un investissement pour l’avenir.

Être étudiant, c’est formidable. La vingtaine, souvent en pleine santé, on prend son envol, son indépendance loin de sa famille, son appart’, on tente de gérer son budget, on se débrouille pour se faire à manger, on fait des rencontres, plein de rencontres ! On se construit … et parfois on se détruit également un peu : alcool, tabac, cannabis, stress…  La pression des études que l’on se met tout seul, celle des parents, de la famille… Les conditions de vie et d’études peuvent amener certains à développer des dépressions et parfois même aux suicides. Le budget souvent serré, amène bon nombre d’étudiants à faire des économies sur les dépenses de santé : dentaire, optique…

Cette période de la vie peut être épanouissante mais elle peut malheureusement tourner au  calvaire ou, du moins, elle peut ancrer des habitudes néfastes pour la santé. Alcool, tabac, cannabis, autres drogues illicites, psychostimulants, mésusage de médicament. Ces pratiques souvent utilisées à visée « festives » peuvent parfois devenir de réels addictions. Elles peuvent également être motivées par un mal-être, un stress, une dépression.

Amiens est une ville universitaire avec près de 21 000 étudiants. Nous avons mené une étude auprès des étudiants, il y a quelques temps. Les chiffres étaient préoccupants notamment concernant la consommation d’alcool (1/2 avaient une consommation problématique),près d’1/2 se déclaraient stressés,  1/10 avaient déjà songé au suicide et ceux qui consommaient du cannabis avaient des difficultés dans la poursuite de leurs études. Inquiétant.

La santé des étudiants est une vraie problématique de santé publique. Comment améliorer leur santé ? Quelles sont les structures, les moyens, les actions que l’on peut mettre en œuvre ?

Le groupe de travail de la commission des affaires sociales consacré à la sécurité sociale et à la santé des étudiants publie un premier rapport. A lire, donc.

Créé en 2012, le groupe de travail de la commission des affaires sociales consacré à la sécurité sociale et à la santé des étudiants publie un premier rapport. Ce rapport se divise en deux grandes parties, l’une concernant la sécurité sociale étudiante, l’autre concernant l’état de santé des étudiants. Considérant la complexité et les dysfonctionnements de l’actuel système de la sécurité sociale étudiante, le rapport envisage une évolution radicale qui consisterait à trancher soit pour la conservation d’un régime délégué, soit pour le maintien de l’affiliation de l’étudiant au régime de ses parents. En ce qui concerne la santé des étudiants, le rapport fait état d’un bon état de santé général dans cette population. Cependant, les étudiants présentent des fragilités psychologiques particulières, ainsi que des conduites à risques ou addictives auxquelles il convient de rester attentif. Afin de mettre l’accent sur la prévention de la santé chez les étudiants, le rapport recommande un renforcement des moyens et actions des Services universitaires de médecine préventive et de promotion de la santé (Sumpps), ainsi qu’une meilleure définition des politiques de prévention à l’adresse des étudiants.

La synthèse du rapport.

et pour les plus motivés, le rapport complet.

Le Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé de l’Université de Picardie Jules Verne.

A très bientôt et d’ici-là prenez soin de vous et portez-vous bien !

Maxime GIGNON.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s